A PROPOS DES HAYS

Voici quelques histoires d’Arméniens (Hays en arménien) dont la vie a été changée à cause de la guerre en Syrie et en Irak. Certaines histoires sont tristes. D’autres non. A travers ces portraits, j’essaye d’expliquer ce qu’il se passe dans la région.

Pourquoi des histoires arméniennes? D’abord parce que les Arméniens, c’est ma passion: j’en ai cinq à la maison et je soupçonne même notre chat, Gadou, d’être aussi arménien vu comme il est fan de Lahmajoun de <faire ses griffes sur le > tapis. Ensuite parce qu’à mon sens, à travers l’histoire des Arméniens, on comprend mieux l’histoire de la région voire <soyons modestes> toute l’histoire de l’humanité.

Les Arméniens sont le premier peuple chrétien. A l’Ouest; Mésopotamie, Empire Ottoman, puis Turquie, Liban, Syrie, Irak, Iran, c’est une nation qui a fréquenté de très près le monde arabe et musulman. Qui a connu la souffrance du génocide, l’exil, l’intégration et, parfois, le renouveau de la prospérité. En fonction des pays qu’ils ont choisis ou qui se sont imposés, les Arméniens ont pu vivre sous des démocraties ou des dictatures, en participant ou non au pouvoir, en connaissant la guerre ou la paix mais presque toujours en préservant leur identité très forte. 

A l’est, les Arméniens ont vécu sous les Tsars, ont connu 75 ans de communisme et vivent actuellement dans une quasi-autarcie politique et économique. Notons, pour les romantiques, qu’aujourd’hui, comme après le génocide de 1915 <quand certains Arméniens de Turquie se sont réfugiés en Russie pré-bolchévique>, des Arméniens quittent la Syrie en guerre pour une Arménie en crise économique. Ainsi Arméniens de l’Est et de l’Ouest sont à nouveau réunis.

Dirik-Messearmenienne2.JPGBref, une clé arménienne pour ouvrir la porte de la compréhension des religions, des guerres, des génocides, du christianisme, de la question de l’identité, de la guerre, de la tolérance et de la paix. Pourquoi pas?

Si vous avez une histoire arménienne, une histoire vraie, la vôtre ou une celle d’un autre, envoyez-là (mariethibautdem@gmail.com), je la partagerai. En attendant, en voici déjà quelques unes, à lire et à partager.

Merci. Et bonne lecture.

Marie Thibaut de Maisières.

Publicités